La ville de demain se construit aujourd’hui : 730 habitants en moins en 2035… et le MR parle de moratoire !!!!

18 juillet 2018

Il était temps que Marche prenne les devants ; c’est le moins qu’on puisse dire ! En effet, l’IWEPS (Institut wallon de l’évaluation, de la prospective et de la statistique) publie dans la presse de ce jour (La Meuse Luxembourg de ce 18 juillet 2018) des chiffres alarmants puisqu’en 2035, Marche devrait perdre 4,2 % de sa population soit 730 habitants en moins.

Heureusement que nous avons anticipé et que par un aménagement du territoire judicieux, et reconnu comme tel, nous avons permis la réalisation de plusieurs bâtiments avec de nombreux emplacements à bâtir et permis la construction de 150 appartements (achevés ou en cours d’achèvement).

D’autres projets démarreront dans quelques mois.

Le MR, partisan du moratoire (mettre Marche sous cloche), devrait se poser la question : faut-il subir une telle érosion démographique ou prendre les devants comme nous l’avons fait car « gouverner, c’est prévoir » ?

La baisse de 50 habitants au cours des 5 dernières années était pourtant un élément indicateur et un sérieux avertissement qui aurait dû inciter le MR à encourager la construction plutôt que de la freiner.

Grâce à la politique menée par l’équipe au pouvoir, Marche est aujourd’hui réputée ville attractive : avec sept zonings (et ses 13.000 emplois), avec son sens social (+/- 18 % de maisons sociales locatives), avec sa politique culturelle, avec l’extension de son hôpital, etc., Marche est devenue un centre économique, administratif et culturel incontournable en Région wallonne. À tous les points de vue, Marche doit continuer à s’affirmer avec une population qui ira en augmentant, lentement mais sûrement.

Sans une politique volontariste, Marche perdrait son statut de ville-centre régional.

André BOUCHAT

Votre Bourgmestre

Article de La Meuse – 2018-7-18

 

 

Actualité précédente
Actualité suivante